Des nouvelles des groupes : Malgré la crise, Mosaïcoop avance !

Après « la raison d’être », trouvée dès la fin du premier confinement, au lendemain de la 3ème vague, des professionnels et des techniciens se penchent sur le berceau de Mosaïcoop pour l’aider à grandir.

Visite du terrain avant fauchage

Il fallait bien faire quelque chose pendant le premier confinement, alors nous avons réfléchi et accouché, dès les premiers jours de liberté, de notre « raison d’être » . La raison d’être, vous savez ce « truc » qui indique en quelques lignes ce pourquoi on est motivé, ce à quoi on consacre notre temps. Vous l’avez oubliée ? Pas de problème vous la retrouverez en pied d’article.

Cette fois-ci, la troisième vague passant, la quatrième s’annonçant, et la cinquième toujours possible, nous avons décidé de vivre avec la Covid, et d’utiliser, comme le judoka utilise la force de l’adversaire pour le déstabiliser, l’inertie du virus pour avancer avec Mosaïcoop, notre coopérative d’habitants. Face à la permanence des contraintes sanitaires nous avons bousculé le calendrier de nos réunions et simplifié les prises de décisions. Finis les hésitations, les tergiversations, les inquiétudes et autres atermoiements. Avec Valérie Morel, Présidente de Cap Habitat Participatif qui nous guide dans les arcanes juridico financiers, nous décidons, nous rédigeons, nous créons, nous avançons.

Il nous fallait aussi un professionnel de la construction, un promoteur bailleur pour nous épauler dans notre volonté d’être maître d’ouvrage, un spécialiste pour passer au crible du bon sens nos utopiques idées et chiffrer nos choix architecturaux. Il n’est pas simple pour un néophyte de choisir un professionnel, d’apprécier ses compétences et d’évaluer son efficacité. Pour un groupe, c’est pire, le subjectif l’emporte, et pour monter une future coopérative, les relations humaines sont primordiales. Depuis plusieurs années, nous comparions, analysions, hésitions. La troisième vague tel un tsunami a tout emporté et l’évidence s’est imposée à nous, ce sera Alpes Isère Habitat.

Une chance, le Maître d’Oeuvre est déjà choisi. Il avait été mis en « stand by » pour nous laisser le temps de la réflexion. Maintenant l’Atelier De La Place va devoir mettre les bouchées doubles et aller chercher les bureaux d’études en vacances pour avancer avec nous vers le permis de construire qui sera déposé avant la fin de l’année comme le dossier PLS.

Avec notre accompagnatrice pour le juridique et le financier, et Alpes Isère Habitat pour la construction et l’Atelier de La Place pourt la maîtrise d’oeuvre, il nous manque encore un partenaire, une banque. Le financement, déjà abordé, n’est pas encore arrêté. C’est un travail multi directionnel, comptabiliser les apports en part sociales de chacun des futurs associés, trouver la banque à l’éthique irréprochable qui nous consentira les meilleurs prêts, trouver les garanties et assurances pour ces prêts auprès d’organismes et de collectivités, chercher tous azimuts des aides et des subventions pour boucler un budget dont on ne connait pas encore le montant ! C’est un gros et délicat travail.

Et le groupe alors ?

Le collectif, l’équipe se forme et se consolide dans les épreuves ; et des épreuves, nous en réalisons tant et plus, alors le groupe… le groupe va bien, merci !

Il grossit, se muscle, acquiert des nouvelles compétences ; il n’est pas encore au complet, mais les intéressés en attente forment un gros vivier.

Plus de 10 personnes sont venues participer à nos deux journées d’accueil en mai et juin.

Notre stand aux RNHP de Lyon, (Rassemblement National de l’Habitat Participatif) a vu défiler plusieurs milliers de visiteurs… Heu, enfin ils passaient dans le hall voisin, mais nous, nous en avons intéressé plusieurs dizaines !

Et en septembre, ce sera le traditionnel mois des Portes Ouvertes Européennes de l’Habitat Participatif. Nous ferons visiter notre terrain et découvrir note projet au cours de deux après-midis, les 16 et 18 septembre.

Et de nombreux rendez-vous avec des professionnels sont déjà bloqués dans nos agendas !

A bientôt !

Notre raison d’être :

« Faire vivre un habitat à faible empreinte écologique, lieu de rencontres, d’ouvertures, de solidarités. Bien vieillir en gardant le plus longtemps possible son pouvoir d’agir. Participer ensemble à une transformation indispensable de la société »